Soutenance de thèse de Léo Puyo


Léo Puyo soutiendra sa thèse intitulée Application clinique de l’holographie laser Doppler en ophtalmologie le 30 septembre à 13h dans l’amphithéâtre de l’Institut Langevin, 1 rue Jussieu.

Résumé

Cette thèse porte sur l’introduction de l’holographie laser doppler (LDH) au domaine de l’ophtalmologie afin d’imager le flux sanguin dans le pôle postérieur de l’œil. Les anomalies de perfusion jouent un rôle central dans le développement des pathologies oculaires, ce qui nécessite le développement d’instruments appropriés pour mieux le comprendre. Le LDH avait déjà démontré sa capacité à effectuer une imagerie non invasive et quantitative du flux sanguin, mais uniquement chez les rongeurs. Dans cette thèse, il est montré qu’avec une caméra rapide et une analyse à transformée de Fourier à temps court sur l’élargissement Doppler, le LDH peut imager les changements de flux sanguin dans la rétine humaine au cours du cycle cardiaque avec une résolution de quelques millisecondes. Le LDH permet de mesurer les variations systolodiastoliques propres aux artères et veines rétiniennes et peut être utilisée pour cartographier en plein champ l’indice de résistivité local permettant l’identification sans ambiguïté des artères et des veines de la rétine. Le LDH peut également être utilisé pour révéler la choroïde avec une qualité de contraste similaire à celle d’instruments de pointe basés sur l’angiographie au vert d’indocyanine et la tomographie par cohérence optique, mais contrairement à ces méthodes, le LDH fournit en outre un contraste quantitatif du flux sanguin. Cette capacité a été utilisée pour mettre en évidence de grandes différences de débit sanguin entre les artères et les veines choroïdiennes, une caractéristique qui peut être exploitée pour effectuer une autre différenciation artérioveineuse adaptée aux vaisseaux choroïdiens. Les décalages de fréquence Doppler plus élevés de la lumière diffusée dans les artères choroïdiennes permettent au LDH d’être particulièrement efficace pour les révéler, dans certains cas dès leur formation au niveau des artères ciliaires postérieures jusqu’aux ramifications artériolaires. Globalement, la résolution temporelle incomparable avec laquelle le LDH est capable de mesurer le flux sanguin et les nouveaux contrastes avec lequel il permet d’imager la choroïde en font un instrument prometteur pour la suite des applications cliniques.

Haut de page