A la recherche d’une très rare chauve-souris ’panda’ au long de la rivière Congo


La chauve-souris papillon, /Glauconycteris superba/, est endémique de la
zone de forêt tropicale de l’Afrique, où elle était connue auparavant de
seulement cinq spécimens. Nous rapportons ici la capture de 10 individus
dans deux localités de la République démocratique du Congo (réserve
forestière de Mbiye et Yoko) et nous présentons les premières données
acoustiques des espèces enregistrées à l’aide d’un microphone
conventionnel et d’un système acoustique développé en interne pour la
localisation 3D en temps réel. Nos comparaisons morphologiques montrent
que les femelles sont plus grandes et plus lourdes que les mâles, et que
les deux sexes présentent le même modèle de coloration de la fourrure.
Nous avons trouvé quelques variations individuelles concernant la
largeur des deux bandes blanches latérales sur le ventre, et le nombre
et l’extension des taches d’épaule blanches. Les enregistrements
d’écholocation montrent l’alternance entre deux types d’appel (A et B),
différents en fréquence, en bande passante et en durée. Les signaux
acoustiques obtenus avant capture et après relâchement ont révélé des
variations importantes en fonction des trajectoires et des conditions
environnementales. Les caractéristiques acoustiques, les mesures des
ailes et le modèle unique de fourrure noire et blanche de /G. superba/
suggèrent qu’il s’agit d’une espèce de canopée capable de voler à haute
vitesse. Nos résultats seront utiles pour de futures études écologiques
afin de fournir de nouvelles données sur l’étendue, la taille de la
population, les tendances et les menaces de /G. superba/ afin de mieux
évaluer son état de conservation.

Lien vers le papier (anglais)

Lien vers un article du Journal CNRS

Haut de page